http://www.sainteanne.org/images/page_coin_superieur.gif

http://www.sainteanne.org/images/page_bandeau_vertical2.gif

http://www.sainteanne.org/images/dot.gif

> Accueil > Offre de soins> Services médico-techniques > Site de Transfusion Sanguine

 

http://www.sainteanne.org/images/puce_1_violette.gif

  Offre de soins

http://www.sainteanne.org/images/puce_2_violette.gif

 Services médico-techniques


SERVICES MEDICO-TECHNIQUES ET DEPARTEMENTS
Site de Transfusion Sanguine

 

 

Présentation

 

 

·         Donner son sang, pourquoi ?

·         Comment donner son sang ?
·         Où donner son sang ?

·         La Transfusion dans les armées ?

 

 

DSC03324.JPG

 

 

La Transfusion dans les armées

Le CTSA 

Le centre de Transfusion Sanguine des Armées Jean Julliard (C.T.S.A) a pour première mission le soutien transfusionnel des Forces.

Il est composé de deux sites : Clamart et Toulon.

Le C.T.S.A. est subordonné à la direction Centrale du Service des Armées et soumis aux règles applicables à un établissement de transfusion sanguine relevant du Ministère de la Santé, y compris pour les inspections de l’A.F.S.Sa.P.S.

Le site de Clamart réalise des activités de collecte, de production, de contrôle, de dispensation des médicaments dérivés du sang, de distribution et délivrance des PSL, des activités d’analyse de biologie médicale, de distribution de cellules et de tissus cryoconservés, et de centre de soins.

Le CTSA est certifié Iso 9001 et s’impose des exigences organisationnelles et un système de qualité très strict.

Le site de Toulon

Le site de Toulon réalise des activités de collecte, de délivrance des PSL, des activités d’analyses de biologie médicale. Les collectes sont réalisées sur site fixe (HIA sainte Anne) ou en collecte mobile, dans les unités militaires et établissements relevant du ministère de la défense de la région PACA.

Le sang est distribué aux HIA

Sainte Anne

Complexe Hospitalo-Militaire Parisien

·                                      Percy

·                                      Bégin

·                                      Val de Grâce

En savoir plus ?

·                                       

 

 Donner son sang, pourquoi ?

Que contient le sang ?

Le sang est un liquide rouge sombre qui circule dans les vaisseaux à travers tout l’organisme où il joue des rôles essentiels et multiples : nutrition, respiration, régulation, défense… Le volume de cette masse sanguine (qui varie en fonction du sexe, du poids et de la taille) se situe en général, pour un adulte, entre 3,5 et 5 litres. C'est un tissu vivant, composé de cellules, qui baignent dans un liquide appelé plasma. On distingue trois types de cellules : les globules rouges qui transportent l’oxygène, les plaquettes qui permettent la coagulation, les globules blancs impliqués dans la défense de l’organisme contre les infections. . Le plasma transporte aussi des molécules indispensables : protéines (albumine, anticorps, protéines de la coagulation…), des lipides et du glucose (énergie), des ions (sels), et des hormones…

 

sts_sang.bmp

 

Qui transfuse-t-on ?

·                      Les patients sont transfusés en concentrés de globules rouges en raison d’une anémie (diminution importante de leurs globules rouge) : anémie aigue par hémorragie post traumatique (accident de la voie publique+++), hémorragie digestive, hémorragie au décours d’un accouchement. Ces malades nécessitent aussi souvent la transfusion de plasmas et de plaquettes.

·                      Les états leucémiques et les cancers dont les traitements actuels sont de plus en plus efficaces mais aussi plus agressifs pour la moelle osseuse sont souvent compliqués d’une anémie avec parfois une diminution des plaquettes et/ou des globules blancs.

·                      Les patients atteints d’anémies chroniques congénitales telles que la thalassémie ou la drépanocytose nécessitent des transfusions répétées.

 

L’Hôpital Sainte Anne disposant d’un service d’accueil des urgences d’un service de grands brûlés et d’un service de neurochirurgie accueille de nombreux polytraumatisés hémorragiques. L’hôpital traite aussi de nombreux cancéreux. Ainsi le STS délivre plus de 5000 produits sanguins aux services de l’hôpital.

Les opérations militaires extérieures sont approvisionnées en partie apr du sang provenant des prélèvements réalisés par le STS.

 

Les différents types de dons

Le don de sang total est le plus courant ; on prélève entre 400 et 500 ml de sang.

sts_type.bmp

Les aphérèses :

Des techniques permettent également de prélever uniquement certains composants sanguins en quantité plus importante : il s'agit du don par aphérèse. 

·         la plasmaphérèse permet de recueillir jusqu'à 750 ml de plasma (contre 250 ml lors d'un don de sang total). Les globules rouges et les plaquettes sont restitués au donneur. Elle permet notamment de recueillir du plasma thérapeutique.

  • la trombaphérèse permet de recueillir des plaquettes. On prélève au donneur environ 6 fois plus de plaquettes que pour un don de sang total : ainsi un seul don permet de répondre aux besoins d'un malade.
  • Plus rarement l’érythraphérèse permet de recueillir des dons en aphérèse de globules rouges. Des dons combinés de deux composants sont réalisables : concentrés de plaquettes et concentrés de globules rouges.
  • La leucophérèse (prélèvement de leucocytes), rarissime, correspond à des situations cliniques particulières et exceptionnelles (non réalisé au STS du CTSA Toulon).

sts_apherese.bmp

En savoir plus ?

     

Comment donner son sang ?

 

Ce qu’il faut savoir avant de donner

 

Les 7 règles d’or pour donner son sang dans les meilleurs conditions :

 

AVANT LE DON :

Prendre un bon petit déjeuner sans trop de matières grasses

1.       Avant toute chose, lire les contre-indications générales, et remplir l’imprimé pré-don qui vous sera remis.

PENDANT :

Etre décontracté, et ne pas hésiter à appeler l’infirmière

APRES :

Repos assis pendant 10 minutes

1.       Boire beaucoup d’eau et prendre une collation

2.       Eviter de fumer dans l’heure qui suite le don

Ne pas pratiquer d’activités à risques le jour du don

 

 

 

Informations Pré et Post don complémentaires

 

ü       Information pré don (cliquez ici)  

ü       Informations post don (cliquez ici)

 

 

 

Principales contre-indications au don de sang

Contre-indications définitives : les plus importantes sont 

-          Antécédents de transfusion, d’allogreffe, de traitement par hormone de croissance humaine d’origine extractive,

-          Maladie de Creutzfeldt-Jakob dans la famille proche.

-          Antécédents de cancer, leucémies et certaines autres maladies graves même guéries, sauf cancer du col traité par conisation et guéri.

-          Antécédents d’Hépatite virale B (sauf si Taux d’anticorps anti HBs élevés : plasmaphérèse), d’Hépatite virale C, d’infections à rétrovirus (VIH, HTLV),  de syphilis

-          Toxicomanie par voie injectable

-          Homosexualité masculine

-          Séjour dans les Iles Britanniques de plus d’un an cumulé entre 1980 et 1996.

-          poids inférieur à 50kg

 

Contre indications temporaires :

Contre-indication de 6 mois après accouchement

Contre-indication de 4 mois après :

-          changement de partenaire sexuel si relations non protégées,

-          multi partenariat sexuel, maladie sexuellement transmissible

-          tatouage, piercing,

-          chirurgie avec anesthésie générale, fibroscopie (colon, poumons, gastrique), arthroscopie, cœlioscopie,  accident d’exposition au sang (AES),

-          retour d’un pays où sévit le paludisme (Afrique, Amérique du sud, Asie …) ou  la maladie de Chagas (Amérique du sud et centrale)

 

Contre-indications momentanées après :

-          certains vaccins (ex : fièvre jaune, ROR : 4 semaines)

-          diarrhées, gastro-entérites non fébriles pendant 2 jours

-          soins dentaires simples (1 jour), soins de racine ou détartrage (5 jours)

 

Contre-indications variables : à voir avec le médecin de collecte

-          infections localisées, fièvre récente supérieure à 38° C,

-          antécédents de maladies infectieuses particulières (MNI, herpès, hépatite A, tuberculose, typhoïde, parasitoses…),

-          prise de certains médicaments,

-          hypotension, malaises fréquents, hypertension mal contrôlée,

-          anémie,

-          certaines allergies.

 

Contre-indications au don en aphérèse (plaquettes et plasma)

Ce sont les mêmes que pour le don de sang avec en plus :

-          spasmophilie, tétanie

-          allergie sévère : médicaments, latex, aliments…

-   pour le don de plaquettes : prise d’aspirine dans les 5 jours ou d’anti-inflammatoires dans les 24 H précédant le don.

 

 

 

Où donner son sang ?

Le site fixe : Au STS du CTSA à Sainte Anne

Horaires :

Du lundi au vendredi de 8h à 12h45

(Prévoyez toujours une pièce d’identité avec photo)

Sauf les jours de collecte extérieure (pour en savoir plus, appelez le secrétariat)

 

 

Lieu d'accueil

Don du sang

Situé au

niveau 0 à l’extérieur

Moyens d’accès

Ascenseur Est

Médecin

Dr AGUILON Philippe

Téléphone

04 83 16 22 60 (secrétariat)

 

 

 

 

 

 

 

En savoir plus sur le CTSA :

 

Préparation :

On ne transfuse jamais une poche de sang telle qu'elle a été prélevée. Parallèlement à la qualification des échantillons, les poches sont en effet acheminées vers un plateau technique pour la préparation et transformation en produits sanguins.

Dans le cadre de la thérapeutique transfusionnelle, on ne transfuse aujourd'hui que la quantité de sang nécessaire et les éléments actifs dont le malade a besoin. L'étape de la préparation permet donc la fabrication de divers produits sanguins contenant du plasma, des plaquettes ou des globules rouges.

 

Qualification

La phase de qualification permet de garantir la qualité et la sécurité des produits sanguins délivrés aux patients. Les tubes d'échantillons prélevés sur le donneur sont acheminés vers un Laboratoire de Qualification Biologique du Don .

 

La qualification permet d’avoir les données nécessaires à la compatibilité donneur-receveur et de maîtriser le risque de transmission de maladies infectieuses. Elle participe également au dépistage d’anomalies ou de particularités chez le donneur lorsqu’elles sont mises en évidence à l'occasion des examens biologiques pratiqués.

Les tubes subissent deux types d'analyses :

  • La caractérisation du sang du sujet. Il s'agit d'effectuer des analyses immunohématologiques (recherche du groupe sanguin ABO, du groupe Rhésus, du groupe Kell…), permettant d'éviter les accidents dus à des transfusions incompatibles.
  • La recherche de maladies transmissibles qui peuvent exister dans le sang d'un donneur, notamment VIH-SIDA, Hépatite B, Syphilis, Hépatite C, HTLV…

A la suite de cette étape de qualification du prélèvement, les résultats sont assemblés, validés et disponibles pour l'étiquetage des produits sanguins labiles, ce qui permet une traçabilité totale de la poche de sang.

Grâce à ces tests et à l’ensemble des étapes du processus de qualité des produits, le risque infectieux est aujourd'hui quasi nul. Chaque acteur de la chaîne (donneur, infirmier, médecin, biologiste, transporteur...) contribue ainsi à la sécurité du don

Même si chaque don est testé et analysé, il subsiste encore un risque de contamination : entre le moment où une personne est infectée par un virus ou une bactérie et le moment où cette maladie est décelable, il existe en effet un délai, appelé fenêtre sérologique. Durant cette période, le sang prélevé peut être infectieux et il peut donc être transmis au malade. L'entretien médical préparatoire prend ici tout son sens : le médecin peut alors déterminer en quelques questions si le donneur a pu être en contact avec un virus ou une bactérie.

 

 

En savoir plus sur le don du sang :

Groupes sanguins

Les produits sanguins recueillis lors des dons ne peuvent être administrés à n'importe quel receveur. La compatibilité entre le groupe sanguin du donneur et celui du patient est fondamentale. Il existe pour cela plusieurs systèmes de classification, basés sur la présence ou l'absence de certaines molécules, appelées antigènes, à la surface des globules rouges.

Il existe plusieurs dizaines de systèmes antigéniques qui permettent de caractériser les cellules sanguines. Cependant, en général, deux d'entre eux, ABO et Rhésus, définissent la compatibilité et l'incompatibilité sanguine entre deux individus. Pour d’autres patients il conviendra d’affiner ces analyses de compatibilité bien au delà de ces deux systèmes.

 

Dans le système ABO, quatre groupes sanguins sont possibles : A, B, O et AB. Les globules rouges des individus des groupes A et B comportent sur leur surface l'un ou l'autre des antigènes A et B. Chez les individus du groupe AB, ceux-ci sont présents simultanément. Si ni A ni B n'existent à la surface des globules rouges, l'individu appartient au groupe sanguin O.

 

Dans le système Rhésus (ou Rh), la présence ou l'absence de l'antigène D à la surface du globule rouge détermine si un individu est Rh positif (+) ou négatif (-).

 

En combinant ces deux systèmes, il est ainsi possible de classer de manière plus fine les différents types de sang : A+, A-, B+, B-, AB+, AB-, O+ et O-. Certains de ces groupes sanguins sont plus rares que d'autres. En France, leur répartition est la suivante :

 

 

O

A

B

AB

Rhésus +

36 %

37 %

9 %

3 %

Rhésus -

6 %

7 %

1 %

1 %

 

Dans la majorité des cas, les receveurs seront transfusés avec les globules rouges d'un donneur de leur propre groupe sanguin. Toutefois, les individus du groupe O-, qui ne présentent aucun des antigènes A, B ou D à la surface de leurs hématies, pourront donner leur sang à n'importe quel receveur. On les appelle "donneurs universels".

 

En ne se basant que sur le système ABO, la compatibilité entre globules rouges des donneurs et des receveurs peut ainsi être résumée dans le tableau suivant : 

 

  

A

peut donner à A et AB

A

peut recevoir de A et O

B

peut donner à B et AB

B

peut recevoir de B et O 

AB

peut donner à AB

AB

receveur universel 

O

donneur universel

O

peut recevoir de O 

 

Pour effectuer une transfusion en toute sécurité, il faut donc respecter les règles de compatibilité biologiques, selon les groupes sanguins, mais également selon le type de produit : globules rouges, plaquettes, plasma. Afin de renforcer la sécurité transfusionnelle, au-delà de tous les contrôles réalisés par le laboratoire, un ultime test de compatibilité est dans tous les cas réalisé au lit du patient juste avant la transfusion.

 

 

 

http://www.sainteanne.org/images/ssapetit.gif